Traitement des déchets de poisson
14 | 04 | 2020 Schweiz | PraxisText: Robin Hrovatic | Illustration: André Suter 13794
14 | 04 | 2020 Schweiz | Praxis
Text: Robin Hrovatic | Illustration: André Suter 1 3794

Traitement des déchets de poisson

Le sujet pourrait difficilement être plus inintéressant d'un point de vue esthétique - et pourtant chaque pêcheur, après avoir réussi, doit bon gré mal gré répondre à la question : Que dois-je faire avec les déchets de poisson ? Afin de réduire le nombre de têtes rouges que le sujet suscite régulièrement, "Petri-Heil" fait le point sur la manière de traiter cette partie du poisson qui n'est presque jamais photographiée et que l'on fait circuler après le filetage.


L'automne dernier, Martin Gruber, qui a écrit une lettre au rédacteur en chef, était agacé par le fait que certains pêcheurs jetaient de plus en plus souvent les viscères de poissons dans l'eau ou au bord de l'eau. Après avoir confirmé que cela était clairement interdit dans le canton de Berne, par exemple, il a demandé à la rédaction de "Petri-Heil" : "Mais quelle est la situation "officielle" ici ? Que dit l'agence pour l'environnement à ce sujet ? Et quelle est la position de l'association de pêche ?" Lorsque j'ai eu moi aussi une expérience pertinente avec un policier qui m'a demandé d'arrêter de jeter des déchets de poisson dans le lac, même si la loi ne l'interdisait pas expressément, il m'est apparu clairement que je devais moi aussi sensibiliser et traiter la question plus en profondeur.


Positionnement du Conseil fédéral avec une porte dérobée

En décembre 2015, le Conseil fédéral a adopté une ordonnance stipulant que "l'élimination des déchets de poissons dans les lacs d'origine n'est en principe pas autorisée." Parce qu'elle n'a pas formulé "ne doit pas être interdite en principe", elle a clairement exprimé sa préférence pour que l'élimination des déchets de poisson ne soit pas effectuée dans et autour des masses d'eau si possible. Toutefois, l'ordonnance prévoit également que le vétérinaire cantonal peut faire des exceptions à cette règle. En d'autres termes, le fédéralisme suisse permet que le traitement de cette question, comme dans de nombreux autres domaines de la pêche, varie d'un canton à l'autre. Avec le médecin cantonal backdoor, le Conseil fédéral tient compte d'une différence culturelle entre les régions linguistiques : Alors qu'il est courant en Suisse romande de jeter les déchets de poissons dans le lac, les pays riverains du lac de Constance, par exemple, et avec eux les cantons de Thurgovie et de Saint-Gall en Suisse alémanique, ont interdit cette pratique.


La position de lia Fédération suisse de la pêche

La FSP était présente à l'époque dans le comité directeur de la formation des pêcheurs lorsque la question a été discutée avec l'Office fédéral de l'environnement OFEV et l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV avant la réglementation de 2015. Il s'en tient toujours au règlement tel qu'il a été édicté par le Conseil fédéral à l'époque, et explique : "Le fait que le cantonalisme se propage sur cette question est dans la nature des fondements de la Suisse, que nous ne voulons pas ébranler. La loi est la loi et chaque pêcheur doit la respecter, y compris en ce qui concerne l'élimination des déchets de poisson."


Les positions de la communauté scientifique

Le professeur Christoph Vorburger, chef du département d'écologie aquatique de l'Eawag, estime que le principal argument contre l'élimination des déchets de poissons dans le cours d'eau est d'ordre esthétique. Dans notre pays densément peuplé, dit-il, les rives des plans d'eau sont des zones de loisirs populaires que personne ne souhaite voir polluées par un tas de têtes de poisson puantes. Outre l'aspect esthétique, les carcasses de poissons sont relativement peu problématiques pour le plan d'eau lui-même. Ils constituent une ressource utilisée par de nombreux animaux (crustacés et autres invertébrés, poissons, oiseaux) et se dégradent donc assez rapidement. Il voit un effet écologique négatif possible du dépôt des déchets de poisson sur les berges des plans d'eau dans le fait que les plans d'eau constituent des sites de nidification pour des oiseaux menacés dont le succès de la reproduction est menacé si la densité des prédateurs (corbeaux, goélands, oiseaux de proie, mammifères prédateurs tels que les renards et les chats) est augmentée par les déchets. Pour preuve, il cite une étude australienne qui a pu prouver ce lien : zslpublications.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/acv.12133


Les déchets de poisson comme nourriture pour les cormorans

Le rédacteur de "Petri-Heil", Andrin Krähenbühl, qui est également biologiste à l'Eawag, confirme que ce sont surtout des arguments esthétiques qui plaident contre l'épandage de déchets de poissons sur nos eaux. Mais il ajoute quelque chose de remarquable. Dans le domaine de la pêche professionnelle, des débats controversés sur les grandes quantités de déchets de poissons ont eu lieu à plusieurs reprises ces dernières années. Une étude commandée par l'OFEV et réalisée par la Haute école zurichoise des sciences appliquées ZHAW en 2010 a montré que, par exemple, la quantité de 100 tonnes de déchets de poissons par an sur le lac de Neuchâtel entraînait une augmentation de la population de cormorans. C'est d'autant plus absurde que le secteur de la pêche exige que la Confédération et les cantons prennent des mesures pour réduire la population de cormorans.

L'étude montre que, par exemple, 100 tonnes de déchets de poissons par an sur le lac de Neuchâtel ont entraîné une augmentation de la population de cormorans. C'est d'autant plus absurde que le secteur de la pêche exige que la Confédération et les cantons prennent des mesures pour mieux contrôler ou réduire la population de cormorans. En outre, Andrin Krähenbühl souligne que l'introduction de déchets hors site (par exemple, des poissons d'appât ou des poissons achetés à des pêcheurs professionnels) peut favoriser la propagation de parasites et de maladies des poissons.


L'évaluation de l'équipe de rédaction de "Petri-Heil"

Une fois de plus, la première chose à faire est de lire attentivement les règlements cantonaux et spécifiques aux eaux. En raison de l'esprit cantonal susmentionné, la diversité de ces réglementations est aussi élevée que d'habitude, c'est pourquoi aucun aperçu détaillé n'est fourni ici. Comme les règlements sont transparents dans toute la Suisse et qu'ils peuvent désormais être consultés en ligne depuis un téléphone portable, les pêcheurs n'ont plus d'excuses. Théoriquement, chaque pêcheur peut faire valoir son droit si la réglementation n'interdit pas explicitement l'élimination des déchets de poisson dans l'eau. Mais la loi est mauvaise conseillère lorsqu'il s'agit de maintenir l'acceptation sociale de notre passion, qui reste élevée. Après tout, éviscérer ou découper un poisson en filets n'est pas la tasse de thé de tout le monde. Ceux qui ne peuvent pas supporter ces images devraient également être protégés des vestiges de cette activité, afin d'éviter toute blessure. Bien entendu, une masse d'eau peut généralement s'accommoder de restes de poissons ou de poissons morts si leur quantité ne dépasse pas la mesure spécifique à la masse d'eau. Après tout, les poissons ne quittent pas le plan d'eau lorsqu'ils meurent d'une mort naturelle. Néanmoins, il existe, comme indiqué plus haut, de bonnes raisons de s'abstenir de répandre les déchets de poisson dans les masses d'eau. Lorsque l'élimination des déchets de poisson n'est pas explicitement interdite, l'élimination de petites quantités de déchets de poisson dans des eaux plus profondes ou sous des pierres plus grandes peut être justifiée afin de minimiser les effets négatifs de cette pratique. Mais peut-être pas en présence d'un groupe de touristes ou d'une classe d'école primaire. L'autre jour, j'ai vu un pêcheur offrir une feuille de papier journal à un autre pêcheur pour qu'il la mette sous le poisson lorsque le pêcheur était sur le point de couper les branchies du poisson. Juste pour que le poisson ne laisse pas une flaque de sang disgracieuse sur la jetée. Ce sont ces petits gestes qui nous permettent de continuer à pratiquer notre hobby avec enthousiasme pendant longtemps encore.

 

1 Commentaires


29 | 10 | 2021

Bei uns dürfen die Fischer den gefangenen Fisch nicht an Ort und Stelle filetieren! (Nur ausnehmen)lnnereien können ins Gewässer zurückgegeben werden,es sei denn Bandwürmer oder etwelche andere Krankheiten werden festgestellt! In diesem Falle empfehlen wir die Innereien unter Steine zu legen oder zu vergraben !Begründung : Mindestmasskontrolle( ganzer Fisch)


Rédigez un commentaire :

Publicité
Publicité
Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :