Pas assez d'insectes pour les poissons ?
04 | 12 | 2017 Schweiz | PraxisText & Fotos: Erich Bolli 01981
04 | 12 | 2017 Schweiz | Praxis
Text & Fotos: Erich Bolli 0 1981

Pas assez d'insectes pour les poissons ?

Depuis des années, les pêcheurs qui aiment pêcher à la mouche sèche constatent une paresse croissante dans l'escalade des truites et des ombres dans les rivières du plateau suisse. Ce que nous soupçonnons depuis longtemps est maintenant confirmé par une nouvelle étude : Il y a jusqu'à 80 % d'insectes en moins que dans les années 1980 ! Il y a un lien évident.

Je m'en souviens encore bien: un soir d'été dans les années 1960, des vacances sous une tente sur le Rhin près de Diessenhofen, d'énormes nuées de mouches du soir survolent l'eau à mesure qu'il fait plus sombre - et les truites se sont levées et se sont élevées, parfois en sortant complètement de l'eau, même de gros calibres dépassant 50 cm, éclaboussant comme des enfants l'après-midi aux bains. Le même spectacle grandiose nuit après nuit.
Aujourd'hui, on peut à peine voir un vrai saut du soir sur les rivières des Midlands. Des collègues pêcheurs de la Sitter, de la Murg, de la Thur, du Wutach, de l'Emme, de l'Aare, du Doubs, de la Birse et du Rhin le confirment : Les poissons ne veulent plus s'élever. 
La situation de la pêche semble avoir changé massivement.


Pourquoi les poissons ne montent-ils plus ?

Deux grandes théories sont discutées dans les milieux de la pêche. La première théorie se réfère aux statistiques de pêche des cantons, qui montrent une diminution constante du nombre de salmonidés. Il y a évidemment beaucoup moins de truites et d'ombres dans les rivières du Midland que dans les années 1970 et avant. Cela élimine en grande partie la pression concurrentielle pour que les poissons se nourrissent. Les poissons relativement peu nombreux trouvent suffisamment de nourriture avec les insectes sur le fond, pratiquement sans concurrence, et cessent de monter pour manger la nourriture de surface, ce qui leur prend beaucoup de temps.
La seconde théorie est basée sur des observations qui indiquent que la faune des insectes a changé et qu'il n'y a pas tant de choses à faire à la surface ! L'approvisionnement en insectes est devenu trop rare, certaines espèces d'insectes ne sont peut-être plus du tout présents et le "menu préféré" du poisson n'est plus disponible. Cela ne vaut donc même plus la peine de monter, les poissons restent au fond et essaient de s'en sortir d'une manière ou d'une autre.
Pour les pêcheurs à la mouche sur les rivières du Midland, cela signifie qu'ils doivent renoncer à la pêche à la mouche sèche, qui était autrefois très attrayante. Ils sont obligés de recourir à la nymphe, parfois très lourde, et tentent d'atteindre le fond de l'eau avec la technique de la nymphe, où les poissons chassent les larves de mouche.


Moins d'insectes

Mon ami pêcheur Fredy se souvient qu'il avait l'habitude de conduire sa voiture d'Eschenz à Schaffhouse (20 km) le soir et qu'après dix kilomètres, il ne voyait plus rien et devait s'arrêter à Diessenhofen pour nettoyer le pare-brise du tapis à mouches. Aucune trace de cela aujourd'hui. Beaucoup d'entre nous connaissent des perceptions personnelles similaires. Beaucoup d'éléments indiquent que la deuxième théorie est correcte: Les choses ont changé dans le monde des insectes !

 Atteindre la boîte des nymphes en valait la peine.

Atteindre la boîte des nymphes en valait la peine.

 Nous, les pêcheurs, l'observons depuis un certain temps : les salmonidés des rivières du centre ne montent plus guère pour les insectes.

Nous, les pêcheurs, l'observons depuis un certain temps : les salmonidés des rivières du centre ne montent plus guère pour les insectes.

 Dans notre pays, l'éphémère est devenu un invité rare.

Dans notre pays, l'éphémère est devenu un invité rare.

 Quand les truites de la Birse ne veulent pas monter, Felix Huber pêche aussi avec la nymphe.

Quand les truites de la Birse ne veulent pas monter, Felix Huber pêche aussi avec la nymphe.

 Boîte à nymphes

Boîte à nymphes


80 % sont partis !

Elle est beaucoup plus drastique qu'on ne le pensait. Pour la première fois, une étude scientifique montre que le nombre d'insectes a diminué de 80 % depuis 1989. Au cours des 27 dernières années, des pièges à insectes ont été utilisés pour déterminer le nombre d'insectes à 63 endroits différents en Allemagne. La publication apporte la preuve scientifique que la baisse spectaculaire du nombre total d'insectes est effectivement un phénomène de grande ampleur qui peut probablement aussi être transféré en Suisse.
L'étude n'est pas en mesure d'expliquer exactement les causes de la mortalité des insectes. Toutefois, le fait que non seulement certaines mais toutes les espèces d'insectes soient touchées par la mortalité indique que les causes peuvent être des interventions à grande échelle dans la nature, comme les engrais et les pesticides utilisés dans l'agriculture, mais aussi les gaz d'échappement du trafic routier, des usines et des systèmes de chauffage au mazout.
Il est évident qu'une diminution de l'abondance des insectes de cette ampleur a un impact sur les écosystèmes sensibles : "Cette perte non encore détectée de la biomasse d'insectes doit être prise en compte lorsque l'on examine le déclin de la diversité des espèces qui dépendent des insectes pour leur alimentation", affirment les auteurs de l'étude. En ce qui concerne nos truites et nos ombres, cela suggère que le changement massif de la base alimentaire a aussi nécessairement modifié le comportement alimentaire des salmonidés, et que les poissons ont cessé de remonter à la surface. Il est possible que le déclin des insectes soit également l'une des raisons du déclin général des salmonidés dans les cours d'eau du plateau suisse.

 

0 Commentaires


Pas de commentaires (Les commentaires n'apparaîtront qu'après notre approbation)


Rédigez un commentaire :

Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :